GPS

Un sujet relativement important et qui restait sans autre réponse qu’acheter un modèle sur place avec firmware en anglais.

Je pense avoir résolu le problème, au moins en partie : si je ne me préoccupe pas de navigation guidée pour automobiliste seul, les questions de la cartographie piétonnière et de la navigation automobile avec copilote sont réglées.

J’ai beaucoup cherché et force est de constater qu’il n’y a pour ainsi dire pas de carte utilisable, dès lors qu’on vise autre chose que les grands axes.
Par contre il existe des logiciels pour se faire ses propres cartes à partir des fournisseurs de cartographie en ligne : parmi ceux-là j’utilise Mobile Atlas Creator, qui est simple, efficace, et universel puisqu’écrit en Java.
L’énorme avantage de cette solution est de disposer des cartes que l’on veut, avec les niveaux de zoom que l’on veut, ce qui permet de couvrir tous les besoins – automobile, piéton, randonnée – avec pas mal d’informations sur les cartes selon le fournisseur (gares, temples et sanctuaires, etc.) et toujours la possibilité de saisir des POI (points d’intérêt).

Restait alors encore la question du système GPS : les systèmes dédiés qui acceptent les cartes custom ne sont pas légion et systématiquement chers ou limités, voire les deux.
Je me suis alors tourné vers le monde des smartphones et le meilleur choix aujourd’hui en terme de flexibilité et de catalogue logiciel reste Androïd : personnellement j’ai opté pour RMaps.
Pour le choix du téléphone, mon critère principal était le budget, mais un appareil suffisamment puissant et adapté : le Motorola Defy remplissait ces critères, notamment grâce à sa conception anti-poussière et anti-ruissellement.

Les premiers tests étaient concluants au niveau logiciel, mais moins en ce qui concerne la puce GPS : la qualité de réception en ville trop faible, et le temps de fix des satellites trop long en l’absence de connexion 3G.
Après recherche, j’ai vu qu’on pouvait utiliser un module GPS externe via le bluetooth, héritage de l’époque où les smartphones n’avaient pas de puce GPS embarquée mais commençait à s’imposer comme solution alternative aux systèmes dédiés.
J’ai opté pour le modèle RBT-2210LPX de chez RoyalTek, équipé d’une puce SIRF III : petit, léger, grande autonomie, et temps de fix court.
Pour la partie communication smartphone / récepteur GPS en bluetooth, le logiciel Bluetooth GPS fonctionne parfaitement.

Les premiers tests furent concluants et les tests in situ ont confirmé : c’est presque parfait.

Niveau budget : 50€ le récepteur GPS et on trouve le téléphone dans les 200€, ce qui fait donc un système GPS quasi parfait et quasi mondial en mode piéton et copilote.

J’essaierai à l’occasion de poster un tutoriel, mais bon franchement c’est super simple.