Jour 11 : とんかつ一番

Mardi 12 : gastronomie bis, shopping et retour à Edo avec Asakusa et Ueno.

On décolle de bonne heure en fin de matinée : direction le restaurant de tonkastu, pour une deuxième tentative.
Déjà le temps est meilleur que la veille.
En arrivant, joie : le restaurant est ouvert. Par contre pas de place, il nous faut attendre team task management software. Direction donc quelques magasins alentour.

Tout d’abord un magasin d’armes anciennes, superbes : lames de maîtres et historiques, tsuba antiques… les prix vont de pair et il est de toutes façons peu probable que l’on puisse les sortir du pays. Je trouve néanmoins une brochure intéressante en japonais et anglais.
Ensuite un petit tour au Uniqlo, où la taille maximum chez les hommes au rayon tee-shirt – le L – ne me permet que de caser une cuisse… tant pis, on y trouve quelques cadeaux.

Retour au restaurant, il ne reste comme place que le petit salon privé : c’est pour nous !
Et bien quitte à tuer le suspens, autant dire de suite que nous avons bien fait de persévérer : je ne vais pas pouvoir manger de tonkatsu avant un moment…

La pause déjeuner s’est éternisée, pour la bonne cause, donc nous savons déjà que c’est foutu pour Ueno.
En route pour Asakusa, avec son atmosphère Edo (ancien nom de Tokyo et de l’ère pré-moderne) et son temple bordé d’échoppes en tous genres.
Honnêtement nous passons plus de temps en lèche-vitrine qu’en visite religieuse, mais c’est aussi l’occasion de contempler pas mal d’activités artisanales : peignes, éventails, kimonos, tentures peintes, papèterie, etc.

Retour à la maison, courses et dîner de sashimi.
Demain grosse journée avec pêle-mêle : 47 ronins, quartier chic, quartier nature, canal arboré, et ce que le hasard nous fera découvrir.