Jour 10 : 風立ちぬ

Lundi 11 : gastronomie et jardins de l’Empereur

Au moment de partir, alors que je lace mes chaussures devant le pas de la porte (rappel : on ne porte pas de chaussures dans la maison, et l’entrée est assez petite, je ne fais donc qu’y enfiler mes chaussures, pour les lacer dehors ensuite), j’entends derrière moi un bruit de chute d’objet : un corbeau vient de larguer un rat crevé (sic !)… Je ne saurai jamais si c’était une offrande ou un avertissement.

Petite journée prévue aujourd’hui : tout d’abord gastronomie dans un restaurant spécialisé dans le tonkatsu (豚カツ : escalope de porc panée et tranchée) et étoilé au Michelin, le tout pour un budget inférieur à 40€ le midi (hors boisson, mais on trouve de l’excellent sake dans les 15€ par personne dans les restaurants).
Le restaurant est situé dans le quartier de Ginza (銀座), qui est le quartier ultra chic de Tokyo, où toutes les enseignes hitech ou de luxe se doivent d’y avoir un showroom ou une boutique.
Arrivés sur place, pas de chance : le restaurant est fermé… tant pis nous nous replions sur celui d’en face, spécialisé dans les yakitori (焼き鳥 : petites brochettes).
Pas plus de 4 tables, ambiance cosie, carte de sake somptueuse… Nous nous régalons, tant du service et de la présentation, que de la qualité des mets servis : excellent plan B pour le coup.

Départ ensuite pour les jardins de l’Empereur : la pluie nous cueille à froid, tout comme le vent.
Si la première cessera assez vite, ce dernier nous poursuivra jusqu’à notre retour à la maison… glaçant.
Les jardins sont très jolis, en tous cas les abords : l’intérieur doit sûrement l’être tout autant, mais ils ferment à 16h et notre déjeuner allongé nous a mené trop tard… tant pis il faudra revenir 🙂

Direction la maison, en repassant par quelques boutiques de figurines et autres merchandising associés à la culture manga.
Au passage je conduis la troupe à une petite boutique isolée et superbement équipée pour le modélisme et les arts créatifs autour de la figurine et de la maquette : c’est un avantage des magasins japonais, tout comme pour les magasins de photo, de ne pas rechigner à stocker l’exhaustivité d’un catalogue de fournisseur, accessoires des plus ésotériques compris.

Retour à la maison après avoir fait quelques courses : le rat crevé avait disparu.

Ce soir pour le dîner, ce sera chirashi (ちらし寿司 : sashimi sur bol de riz), arrosé d’un sake bien fruité.

Demain : Tonkatsu deuxième tentative, Ueno, Asakusa.