Jour 2 : 上を向いて歩こう

Samedi 2 : nous profitons de la chambre au Park Hyatt et du petit déjeuner extraordinaire (argenterie et cristal Riegel de service), avant de gagner Ikebukuro pour récupérer les clés de la maison.
En bons bourgeois qui s’assument, nous évitons les transports en commun et le trajet vers la gare avec armes et bagages pour emprunter un taxi : d’une part ce n’est pas cher, d’autre part on voit la vie dans les rues. Au passage, nous passons devant une boutique de modélisme ferroviaire où la file d’attente n’avait pas grand chose à envier à des enseignes d’un autre calibre, comme celle à la pomme entamée : nul doute qu’un modèle très attendu est de sortie ; hors nombre de Japonais sont passionnés par les trains et le modélisme.

Le taxi ne peut accéder directement à la maison, qui se situe dans une impasse à laquelle on accède via une ruelle où un hummer ne passerait pas.
Nous descendons donc dans l’artère principale jouxtant la ruelle. Et de toutes façons il nous faut retrouver quelle ruelle exactement nous devons emprunter : chapeau à Mymy qui se souvenait du détail imparable 🙂

maison

Nous arrivons donc en avance : la maison n’a pas changé par rapport à 2010 et c’est tant mieux, nous retrouvons nos marques illico.
Le reste de la compagnie arrive progressivement, nous terminons la journée par les premières courses.

Dimanche 3 : grosse journée prévue, avec au programme le Edo-Tokyo open air museum, le musée Ghibli, et le Nakano Broadway.

On commence par le musée, qui regroupe dans un parc des maisons de l’époque Edo, typiques de fonctions, métiers, ou classes sociales.
C’est l’occasion de noter l’émergence de styles ou aménagements domestiques occidentaux et de noter la différence entre la ferme, restée très traditionnelle, et les maisons d’architectes qui adoptent toilettes et literies occidentales.
Nous terminons par une fête de quartier attenante, avec spécialités du cru, qu’un gentil vieux monsieur nous a invités à goûter.

Direction le musée Ghibli : deuxième tentative après 2008, où la boutique nous avait beaucoup déçus 🙂
Le musée est toujours sympathique, pour peu que l’on apprécie les travaux du studio, même s’il n’y a pas grand chose de nouveau.
Je tombe par hasard sur un rack avec de superbes préamplis Altec : regardati, no toccati !
Projection d’un court-métrage : toujours la même féérie. Et un peu comme d’habitude, seuls des enfants ont bien voulu s’asseoir à côté de nous 🙂
La boutique par contre est toujours décevante : très, trop peu de dessins-animés sont couverts et nous ne trouvons pas ce que nous espérions.

Vue l’heure, nous zappons le Nakano Broadway et rentrons directement : petites courses, diner, dodo bien mérité.

De la pluie est prévue pour le lundi 4, mais nous comptions déjà ne pas faire grand chose pour nous reposer en vue de l’enchainement de 4 jours intensifs : Kamakura, Nikko, Fuji-san.