Jour 8 : Big calm

Aujourd’hui c’est mymy qui «prend la plume». Après la marche dans la neige, la croisière pour voir les ours, les rencontres avec «kitsuné» (le renard), et le «white tail eagle», encore une journée bien remplie.

Nous avons quitté l’hotel iruka. Quelques kilomètres plus loin, nous avons fait une rencontre «kawaiiii» : deux «renardeaux» en ballade. L’un assis au milieu de la route et l’autre trottinant au bord. Forcement, je m’arrête…. et ils viennent nous voir avec leurs grands yeux curieux !!! Je peux adopter un renardeau ??? Je le ramène dans ma valise… Tant pis, on continue de traverser  les montagnes pour nous retrouver sur la côte pacifique puis descendre tranquillement au sud…

Tiens, une note sur la conduite à gauche. En soit, ce n’est pas hyper compliqué mais c’est horripilant de déclencher l’essuie glace au lieu du clignotant, de chercher les rétros car ils ne sont pas «à la bonne place», de devoir régler le siège 36 fois parce que la voiture est «petite». Au bout d’une semaine je maitrise, enfin… sauf les limitations de vitesses. Conduire à 60 km/h sur une route toute droite où il n’y a PERSONNE (même pas des vaches dans les prés !), c’est l’enfer. Ceci dit sur Hokkaido, le sport national est de ne pas respecter les limitations mais le police veille et j’ai bien failli me faire avoir si un gentil automobiliste ne m’avait pas fait des appels de phare. J’y pense, je ne sais pas où sont les appels de phare sur la voiture de location ! J’essaierai demain…

Revenons en à nos moutons ou plutôt nos vaches. En effet, après les hauteurs montagneuses, nous voilà en pleine cambrousse. Les maisons aux formes «middle west» américain et les vaches dans d’immenses champ de pissenlit, rappellent que la région est connue pour ses produits laitiers et sa viande d’excellente qualité.  (Le lait est trop trop bon, ici)

Histoire de changer encore une fois d’horizon, nous arrivons dans un nouveau parc naturel dont la spécialité est les lacs de caldera. Ce sont des lacs d’eau douce qui se sont formés suite à l’apparition d’un volcan (ça c’était la minute «professeur mymy»). Ca donne donc des eaux hyper pures mais dans des endroits franchement inaccessibles (genre la pente à 45° autour du lac : pas de route pour y descendre). Du coup, il y a sur les crêtes des «observatoires». On en a fait 2 autour du lac maschu : Matthieu a fait des panoramas.

Arrivée à l’hotel, installation puis on reprend la voiture pour découvrir les environs (combini, super marché, axes principaux…).

Pour ceux qui ne le savent pas, au japon, il y a des volcans à peu prés partout. Mais pas des volcans «pour faire joli»… des vrais ! D’ailleurs en allant à «kawayu onsen» ce jour, on en a croisé un qui pue, mais qui pue… et tant qu’à faire l’oeuf pourri. Point de suspens, ce volcan crache des vapeurs sulfurées, à tel point que la nature en est altérée à des centaines de mètres à la ronde (et bien sur, c’est une ancienne mine de souffre qui était encore exploitée il y a 50 ans).

Demain, il fait beau alors on va faire les deux autres lacs.