Jour 9 : clap your hands, say « Hiei » !

Programme du jour : le mont Hiei-san (比叡山), a priori la colline la plus haute autour de Kyoto avec ses quelques 830 m, censé nous offrir une vue imprenable sur la région et quelques temples disséminés le long d’une belle randonnée forestière.

Départ un peu tardif, la mise en route est laborieuse 🙂
Il ne pleut pas, ce qui est devenu synonyme de il fait beau, rappelons le.

Pour rejoindre le Hiei-san il faut d’abord prendre deux lignes de trains privées, dont la première s’apparente à un RER, et la deuxième plutôt une sorte de micheline : la rame est constituée d’un seul wagon.
On arrive alors au pied du mont, où il faut emprunter deux téléphériques pour en joindre le sommet : la montée en téléphérique passionne le Babichou.

Une fois en haut la vue est effectivement superbe, même s’il y a un peu de brume (et que la température s’est un peu rafraichie).
Nous commençons par un musée jardin picturo-floral : parterres de fleurs et reproduction de tableaux impressionnistes sur des chevalets ça et là. Une partie du jardin est d’ailleurs sur le modèle du jardin de Monet.

Petit pique-nique rapide et panorama sur la région grâce à une gallerie 360° au sommet d’une tour faisant partie du musée jardin.
La brume s’est levée, on voit parfaitement bien Kyoto, le lac Biwa, et même jusque Osaka et ses buildings. On peut effectivement constater comme la région est vallonnée et en bonne partie couverte de forêts, sans compter les étendues d’eau, à commencer par le lac Biwa effectivement, plus grand lac du Japon.

Hop hop on commence la randonnée : il est toujours possible de rejoindre le temple principal en bus par la route, ce qui prend 5 minutes, mais c’est plus sympa le faire à pieds par les chemins forestiers, ce qui prend normalement une demie-heure. Il s’agit de descendre le versant opposé à Kyoto jusque la route principale, pour rejoindre le temple le plus important de la série.
Avec la poussette c’est sport : le chemin est couvert de pierres et de rondins. Mais on y arrive et on accède à des points de vues magnifiques.

En arrivant  sur la partie du chemin qui surplombe la route et mène à notre destination, un petit se trouve de l’autre côté de la route, accessible par un pont : là, la communauté se sépare, Laurent et moi décidons de faire toute la série de temples, pendant que les filles et le Babichou iront au temple principal et à celui attenant.

On continue de descendre, puis remonter, pour aller de temple en temple : la plupart sont tous petits et vieux, seul l’un d’entre eux semble vraiment occupé en permanence.

La suite au prochain épisode…